Translate this page

English Arabic French German Greek Swahili Turkish

22 October 2019 / 22. Safar 1441

Presidents Letter for Community Members and Leaders in French

Read in English here

Au nom d’Allah, le Tout-Puissant, le Miséricordieux.

Chers Leaders de la Communauté,

Salamoun alaykoum

Toutes mes prières vont vers vous, et j'espère que vous vous portiez bien

Tout d’abord, je vous présente mes sincères félicitations à l’occasion de la naissance de l’Imam Ali ibn Abi Talib (as), dont la mère avait été hébergée dans la Maison Sacrée de Dieu, qui a été méticuleusement formé par le Saint Prophète, qui a défendu, soutenu et vécu selon la Parole éternelle de Dieu, et ce jusqu’au martyre. Aussi, je vous adresse mes condoléances à l’occasion du martyre de sa sainte fille Sayyida Zaynab bint-e-Ali, la paix soit sur eux, propagatrice de la tragédie de Karbala et protectrice de la cause divine de l'imam al-Husayn (a.s).

En Octobre 2017, le Secrétariat de la World Fédération était inondé de messages provenant de différents membres de la communauté du monde entier qui avaient exprimé leurs préoccupations sur des extraits vidéo et des discours concernant les affaires de Aqa’id, des Fiqhi Masa'il, la Marja'iyyat, Arbaeen, etc. circulant sur les réseaux sociaux.

Le 9 Novembre 2017, le Secrétariat a répondu à ces messages de préoccupations à travers une lettre dans laquelle des consignes provisoires avaient été fournies à la communauté. La lettre indiquait que les responsables de la World Fédération avaient demandé au Département de l'Education Islamique, dirigé par Cheikh Murtadha Alidina, d'étudier la question davantage en examinant les vidéos disponibles dans leur intégralité et de demander des éclaircissements aux érudits concernés. En outre, une fois que cela aurait été fait, le Secrétariat s’est engagé à prendre les mesures appropriées, notamment en recherchant des conseils auprès des plus hautes autorités religieuses.

Depuis la publication de cette lettre, le Département de l'Education Islamique a présenté un rapport à la seconde réunion du Conseil Exécutif tenue à Stanmore en 2018, dans laquelle il était indiqué que l'affaire avait été soulevée auprès du bureau de Son Eminence le Grand Ayatollah Sayyid Ali Husaynias-Sistani (puisse Allah prolonger sa vie) qui avait ensuite demandé à la World Fédération de mener une enquête plus approfondie. Le deuxième Conseil Exécutif a donc chargé le Département de l’Education Islamique de poursuivre l'enquête et d’en tirer ses conclusions. Dès lors, le Département de l’Éducation Islamique a mené des recherches approfondies et exercé toute la diligence requise à cet égard. Le processus entrepris par le département impliquait de trouver et d'écouter intégralement toutes les conférences et déclarations ou de lire tous les documents produits et disponibles.

L'étape suivante consistait à demander des précisions aux intervenants afin de s'assurer que ces éléments collectés représentaient bien leurs points de vue. Un autre rapport a été présenté par le Département de l'Education Islamique lors de la troisième réunion du Conseil Exécutif, tenue à Karachi du 30 novembre au 2 décembre 2018, dans lequel les conseillers étaient informés de l'état d'avancement de l'enquête et démontraient que le processus était complet, équitable et transparent. Lors de la même réunion, j’avais déclaré qu’une fois que la tâche confiée aux membres du Bureau par le Conseil Exécutif serait terminée et que les orientations reçues auraient été étudiées, je les partagerai avec les présidents des fédérations régionales, d’où la raison pour laquelle je vous écris cette lettre.

Cheikh Murtadha Alidina et moi-même avons rendu visite à Son Eminence l'Ayatollah al-Udhma Sayyid Ali Husayni as-Sistani (puisse Allah protéger nos savants) le 15 Février 2019, et nous avons demandé conseil à Son Eminence à ce sujet. Outre les indications verbales que Son Eminence nous a données, nous avons également reçu des instructions écrites de son bureau, que je joins à la présente lettre. Nous avons également rencontré l'Ayatollah al-Udhma Shaykh Ishaq Fayyaz, l'Ayatollah al-Udhma Sayyid Saïd al-Hakim et l'Ayatollah al-Udhma Shaykh Bashir Najafi. Nous avons longuement discuté de la même question avec eux et nous avons également demandé conseil.

En outre, Cheikh Murtadha Alidina s'est rendu sur place et a discuté de la question avec d'autres Mujtahideen de premier plan à Najaf, ainsi qu'avec des Maraje’ et des érudits de haut rang à Qum.

Nous avons reçu des instructions vigoureuses, succinctes, explicites et directes de la part de tous ces spécialistes. Les points communs de conseils reçus de leur part sont les suivants :

 

I. Les points de vue exprimés par de tels savants contredisent directement le texte explicite du Coran et de la sainte Sunna rapportée par le Grand Prophète et sa Progéniture Purifiée (a.s).

 

II. Personne n’adhère à de telles idées, à l’exception de celui qui n’a pas une compétence suffisante dans le domaine de la Jurisprudence Islamique ; par conséquent, une telle personne n'est pas qualifiée pour enseigner ces idées.

 

III. Même si une personne est supposée être suffisamment qualifiée pour engager de telles discussions, il n’est pas correct qu’elle présente ces questions si pointues au grand public, car les non-spécialistes ou les personnes non qualifiées ne seraient pas en mesure de saisir correctement ce qui est dit

 

IV. Il est inapproprié pour un prêcheur religieux (Muballigh) d'utiliser les Mimbar pour diffuser leurs opinions personnelles qui créent des divisions et des divergences dans la communauté. Bien au contraire, il est du devoir d'un Muballigh d'inviter les gens à renforcer leur foi et à diffuser ses enseignements bien établis sur le plan moral, social et spirituel, tels qu'ils sont représentés dans les versets clairs du Livre Sacré et les belles paroles du Saint Prophète (s.a.w) et les Guides Immaculés (a.s).

 

V. Les dirigeants de la communauté, les parents et tous les croyants ont le devoir de s'abstenir de confier à la communauté et à nos enfants une formation religieuse dispensée par de tels orateurs. Par ailleurs, il est de leur devoir de se référer à d'autres personnes qui sont fiables parmi ceux qui font preuve de savoir, de piété et d’intégrité.

 

En tant que Président élu de la World Fédération, mon objectif premier est de maintenir l'unité de la communauté et de défendre les enseignements de notre foi. Lorsque la structure de notre idéologie est mise en doute, je cherche conseil auprès de ceux qui sont les plus instruits et les plus qualifiés sur ces questions. J'ai exactement fait cela avec ce problème. Au cours des quinze derniers mois, une enquête minutieuse a été menée par le responsable de l'Education Islamique et l'un de nos plus distingué et le plus érudit savant de la communauté, et plus de vingt érudits, dont certains parmi les plus éminents dans le monde chiite, ont été consultés. Alhamdulillah, des directives très claires nous ont été fournies. Nous devrions tous être fiers d’être des disciples d’un Madh’hab qui a été doté de tels savants. Ils nous ont unanimement guidé avec des orientations explicites et claires sur ces questions.

J'implore donc les dirigeants de notre communauté et en particulier les dirigeants et les comités qui ont la responsabilité d'inviter des prêcheurs dans nos communautés ainsi qu’aux parents qui ont la responsabilité première de fournir une source authentique d’orientation à leurs enfants, d'encourager, de promouvoir et d'agir selon les conseils clairs fournis par nos Maraje’.

Les indications ci-jointes proviennent du bureau de Son Éminence. Puis-je vous demander d’agir conformément à ces directives tout en respectant les lois régionales en vigueur.

Je suis heureux d’en discuter plus en détail et j’ai demandé à Cheikh Murtadha Alidina de fournir un rapport final détaillé lors de la prochaine réunion du Conseil Exécutif en juin, au cours de laquelle un exposé détaillé sera présenté avec les indications fournies par nos Maraje’.

Nous prions pour que soit hâtée la réapparition de notre douzième Imam, Al-Hujjat, Al-Mahdi Sahibuz Zaman (a.t.f.s).

Avec mes Salaams et Duas

Anwarali Dharamsi
Président

15th Rajab 1440

 

Orientation publiée par le bureau de Son Éminence


 

Question adressée au Bureau de Son Éminence Sayyid Ali Husayni Sistani suivie de sa Réponse


QUESTION

Au nom d’Allah, le Tout-Puissant, le Miséricordieux.

Au bureau de Son Eminence, le Marja Suprême, le Grand Ayatullah Syed Ali Sistani (Puisse Allah prolonger sa vie)

As-Salamu Alaykum Warahmatullahi Wabarakatuh

Nous voudrions soumettre à votre Eminence que sont apparues ces dernières années des personnes qui prétendent être instruites et qui répandent parmi nos jeunes des problématiques notamment sur les croyances fondamentales de la foi (Usool-e-Deen) et les branches pratiques de la foi (Furoo'-e-Deen) par exemple :

  1. l'affirmation selon laquelle le salut dans l'au-delà ne dépend pas exclusivement de l'adhésion ainsi qu’à la croyance à la religion de l’Islam ;
  2. que ce qui est continu et éternel est l’esprit et l’essence du Coran et non la forme de ses enseignements ;
  3. cette perfection de la religion n'a pas pu être accomplie du temps du Prophète (s.a.w) ;
  4. qu'il n'y a pas de l'apostasie n’est pas répréhensible s'il s'agit de la conversion d'un Islam extrémiste en une autre religion qui favorise la paix et l'amour ;
  5. qu’il faut impérativement apporter des modifications dans les Ibadats, par exemple la salat, le sawm, le Hajj, selon les exigences de notre époque ;
  6. que le Prophète (s.a.w) n'a pas précisé les législations finales concernant le buloogh (puberté), le mariage, le divorce, etc., et qu'il n'y a donc aucune objection à faire appel à ce que l'on appelle le mariage civil et le divorce civil;
  7. qu'il est nécessaire, à notre époque, de modifier les lois sur l'héritage et la diyah (prix/compensation du sang) pour assurer l'égalité des sexes;
  8. que le buloogh (dans lequel les obligations religieuses sont applicables) ne peut pas être spécifié par un âge particulier ni par des signes physiques spécifiques, mais repose plutôt sur la maturité et la capacité personnelle de l'individu, homme ou femme;
  9. que l’obligation pour la femme de se couvrir la tête devant un non-mahram n’est pas une loi générale, elle dépend plutôt du type de regard de l’homme envers la femme ;
  10. et que l’individu responsable de notre époque n'a pas besoin de se référer aux fuqaha (experts en jurisprudence islamique) pour déterminer son devoir religieux dans de nombreux cas, car il est lui-même capable de le faire en raison de sa maturité et de sa conscience supérieure, et du développement de son intellect.

Et il y a beaucoup d'autres idées similaires. Certains d'entre eux ont mis en place une institution académique afin de former des étudiants religieux sur la base de ces idées et autres pensées similaires. Cela s'ajoute à la diffusion de leurs idéologies depuis le mimbar ou lors de conférences à des occasions religieuses ou autres.

Par conséquent, nous nous référons au bureau du Marja suprême (puisse Dieu prolonger sa vie) afin de guider nos jeunes, hommes et femmes, dans les Jamaats (communautés) Khoja Shia Ithna Asheri sur la façon de traiter avec de telles personnes qui empruntent le chemin mentionné ci-dessus.

Avec mes sincères remerciements et gratitude,

World Fédération du KSIMC, Londres

12 Février 2019

 

REPONSE

Au nom d’Allah, le Tout-Puissant, le Miséricordieux.

Bon nombre des déclarations mentionnées ci-dessus contredisent le texte explicite du Saint Coran et de la Sunna Bénie rapportée par le Grand Prophète (s.a.w) et sa Progéniture Immaculée (a.s); et certaines de ces questions sont en contradiction avec les principes (logiques) les plus clairs et les plus authentiques utilisés pour dériver les lois religieuses de leurs sources. Ainsi, personne n’adhère à de telles idées, à l’exception de celui qui n’a pas une compétence suffisante dans ce domaine (de la jurisprudence islamique) et, par conséquent, il n’est pas qualifié pour les enseigner.

Deuxièmement, il n’est pas correct pour celui qui s’adresse au grand public de lui présenter des sujets pointus dans lesquels le public n’a pas les pré-requis nécessaires selon les normes académiques, même si l’orateur est supposé qualifié pour s’engager dans de telles discussions. Bien entendu, le problème s’aggrave si l’orateur lui-même n’est pas qualifié pour la discussion, comme c’est le cas de plusieurs personnes qui montent sur la chaire et qui n’ont pas suivi les études religieuses dans des centres de connaissances bien établis, mais le maximum de leurs ressources sont plutôt des connaissances religieuses générales.

Troisièmement, le prêcheur Musulman (Muballigh) a pour tâche d'inviter les gens à se joindre aux Usool-e-Deen et de diffuser ses enseignements bien établis, tels qu'ils sont représentés dans les versets clairs du livre sacré et les belles paroles du Saint Prophète Mohammed al-Mustafa (s.a.w) et des Guides Immaculés (a.s); et d'encourager les gens et de les guider afin qu'ils puissent grandir dans la foi en Dieu et dans la préparation du jour du jugement, et s'efforcer de développer spirituellement leur âme et de les purifier de tout trait maléfique et de tout vice moral, et de les parer de sentiments moraux, les vertus et les traits nobles; et pour améliorer leurs relations et leurs interactions avec les autres, même avec ceux qui diffèrent par eux en matière de foi et de conviction.

Il n'est pas approprié que le prêcheur religieux (Muballigh) utilise le mimbar pour diffuser ses opinions personnelles qui créent des divisions et des divergences parmi les croyants. Ainsi, quiconque adopte ce style d'enseignement et de conférences ne doit pas inciter les croyants (puisse Allah augmenter leur honneur) à être enclins à leur égard et à leur confier la formation religieuse de leurs enfants ; il est plutôt de leur devoir de se référer à des personnes fiables parmi ceux qui font preuve de savoir, de piété et de droiture.

Et Dieu est le guide du droit chemin.

Signé : Bureau de Son Eminence Ayatullah Sistani,

An-Najaf al-Ashraf

9th Jamadiul Thani 1440

 


Related News


The World Federation’s Islamic Education Department is pleased to launch of the much demanded publication: ‘180 Questions: Enquiries About Islam, Vol 1’, on Practical Laws in e-book format.


Read on to find out the importance of the Arbaeen walk.


In an expression of gratitude, the Khoja Shia Isna Ashari Jamaat Mumbai organised a felicitation program for Br. Shabbirhussein Khalfan on 18th June 2016 at Mehfil-e Mustafa, JuhuKapaswadi, Mumbai